bgecorse
 

Découvrez l'interview d'Alison FERRARINI commerçante dans la vente de produits BIO !


Découvrez l'interview d'Alison FERRARINI pour notre portrait du mois de Novembre, commerçante dans la vente de produits BIO !



Quel est votre parcours professionnel ?
J’ai un Bac Professionnel Vente obtenu en 2012 et j’ai par suite fait un BTS Négociation Relation Clients en alternance que j’ai obtenu en 2014. Je suis entrée dans la vie active en tant que commercial pour du matériel CHR puis j’ai fait d’un an en tant qu’assistante de vente dans une concession automobile. Après ça j’ai fait une capacité en Gestion d’Entreprise auprès de l’IAE de Caen.

 

Quand et comment est venue l’idée de créer votre entreprise ? Pourquoi ce secteur ?
J’ai eu l’idée au cours de l’été 2016 d’entreprendre en cherchant des concepts innovants. J’ai pris connaissance de l’existence de MICRONUTRIS qui est la 1ère ferme d’élevage d’insectes comestibles en France. Soucieuse de l’alimentation de mon alimentation j’ai trouve ce concept très intéressant d’un point de vue nutrition-santé et écologique.

 

Avez-vous rencontré des difficultés en amont du lancement de votre société ?
J’ai parlé dans un premier temps de mon projet à ma conseillère Mission Locale de Bastia qui m’a orientée vers BGE.
Nous avons travaillé tout d’abord sur la faisabilité de mon projet avant de déposer une demande de financement auprès de l’ADIE. Toutes ces démarches et la rencontres entre les différents professionnels se sont réalisés en peu de temps.
 

Avez-vous testé le concept de votre projet, réalisé une étude de marché afin de mieux connaitre votre secteur ?
J’ai trouvé le concept de MICRONUTRIS très innovant sur différents points : c’est un concept qui a très faible impact sur l’environnement et qui nous apporte en besoin en protéines essentiel à notre organisme et c’est un produit 100% français.

 

Comment avez-vous financé votre projet ? Le financement a-t-il été un obstacle à la mise en œuvre ?
L’ADIE m’a aidé dans le financement de mon projet. J’avais besoin de faire réparer mon véhicule et d’acheter mon premier stock pour pouvoir démarrer dans de bonnes conditions.  L’ADIE m’a écouté et m’a encouragé dans mes démarches. Ils ont soutenu financièrement mon projet.
 

Quelle a été l’importance de BGE au cours de votre création d’entreprise ? Que vous ont-ils apporté concrètement ?
BGE m’a accompagné dans toutes mes démarches et m’a guidé dans chaque étape de la création du montage du dossier jusqu’à la demande de financement en passant par la mise en place des outils de gestion. Mme Gay m’aider à structurer ma démarche et me projeter en tant que chef d’entreprise. Je la rencontre régulièrement afin de faire un point sur le suivi de mon entreprise et lui faire part de mes nouveaux projets.

 

Avez-vous créé de l’emploi ? Quel est le statut de votre société et pourquoi avoir choisi celui-ci plutôt qu’un autre ?
J’ai créé mon propre emploi. En effet même en étant très jeune je voulais me responsabiliser et être ma propre patronne.
Après avoir travaillé dans différents secteurs d’activité notamment sur des postes plus « sédentaires » je n’étais pas à l’aise.
Le fait de rendre des comptes sans pouvoir prendre d’initiatives m’a conforté dans l’idée de créer ma propre entreprise.

 

Comment vous organisez-vous, gérez-vous les différentes activités de votre entreprise au quotidien ?
J’arrive toujours à garder le lien avec mes fournisseurs ainsi qu’avec mes clients notamment MICRONUTRIS qui m’aide dans mes choix de commercialisation. Dernièrement j’ai fait le Salon du Chocolat et des Délices de Corse qui m’a permis de toucher un large public.
 

Et sur le plan personnel ? Quelles sont les disciplines qui vous permettent d’équilibrer, gérer votre vie dans son ensemble comme vous le souhaitez ?
Je suis très indépendante et autonome. Je suis partie de chez mes parents à 17 ans et depuis je me suis toujours débrouillée seule !
 

Quels sont les objectifs que vous vous êtes fixés ? Quelles sont les perspectives d’évolution de votre activité ?
Je souhaite que l’alimentation des insectes comestibles deviennent monnaie courante. J’envisage de développer un point de vente sédentaire « Nutrition santé » en développant le concept de la micro-nutrition santé avec d’autres produits comme la spiruline.
 

Selon vous, quels sont les pièges à éviter selon vous ?
   - Savoir maitriser le risque financier. Pour ma part l’achat du premier stock m’a permis de démarrer mon activité.
   - Valider son étude de marché, ne pas se lancer dans quelque chose qui risque de ne pas fonctionner.
   - Gérer correctement son entreprise. Dans mon entourage proche des chefs d’entreprise n’ont pas gardé un œil sur leur trésorerie et se sont retrouvés en difficulté.
 

Si vous aviez trois conseils à donner à un futur créateur d’entreprise quels seront-ils ?
   - Il ne faut pas hésiter et avoir la gnac ! Réaliser ses rêves
   - Ne pas hésiter a faire appel a des organismes compétents pour les démarches en amont et en aval de la création
   - Bien connaitre ses produits afin de mieux les vendre et ainsi satisfaire les clients

 

Qu’avez-vous retiré de cette création ?
Que des avantages et des opportunités à saisir !!
Je n’ai pas toujours voulu suivre les conseils de mes proches qui ont moins cru en mon projet. Je me suis lancée un défi en créant ma propre boite et pour le moment le pari est réussi. J’ai atteint les objectifs que je me suis fixée et j’ai été très surprise de constater a quel point les gens étaient réceptifs a ces nouveaux produits.
 

 


 







Recherche
newsletter